Des aides pour transformer les bureaux en logement23/11/2015  



Le projet de loi des finances 2016 a donné lieu, la semaine dernière, au vote d’une nouvelle mesure fiscale destinée à favoriser l’accès au logement par la transformation de bureaux vacants en logements. L’amendement prévoit une exonération de la taxe foncière sur les propriétés bâties, sur délibération de la collectivité territoriale concernée, pour tout bureau transformé en logement. Il s’agit là d’une nouvelle avancée de la gauche dans la bataille du Logement. En effet, la ville de Paris comptait en 2014 près 800 000 m² de bureaux vides répartis sur près de 210 adresses, soit 5 % du parc total des bureaux.


 Autres articles sur le même sujet :
Les mesures pour encourager l’investissement

Pour encourager l’investissement privé, le Premier ministre a annoncé début avril une mesure de suramortissement. L’instruction fiscale la mettant en œuvre a été signée par Michel Sapin la semaine dernière.

A Paris, la police du meublé touristique se met en place

La mairie de Paris a annoncé que toute personne désirant louer à Paris son logement en meublé touristique devra obligatoirement détenir un numéro d’enregistrement à partir de décembre.

Les résidences secondaires surtaxées à Paris

Dans un souci de libération des logements peu ou pas occupés, la mairie de Paris a voté ce lundi le principe d’une forte hausse de la taxe d'habitation des résidences secondaires.

Gazole lourdement taxé

L'Assemblée nationale a voté la hausse de la fiscalité sur le gazole voulue par le gouvernement pour l'aligner sur celle de l'essence d'ici à 2021.

Exonération de taxe foncière

Les collectivités territoriales et les intercommunalités à fiscalité propre peuvent décider d'exonérer pendant 5 ans, pour la part de taxe foncière sur les propriétés bâties qui leur revient, les locaux à usage d'habitation affectés à l'habitation principale et issus de la transformation de locaux à usage de bureaux (CGI art. 1384 F).

Une nouvelle taxe sur les dividendes

Le gouvernement va proposer d'ici à la fin de l'année un dispositif fiscal destiné à remplacer la taxe à 3% sur les dividendes, qui a rapporté près de 2,15 milliards d'euros en 2015, mais a été retoquée vendredi par le Conseil constitutionnel.