Paris continue de séduire !07/03/2016  



Selon une étude de marché publiée aujourd’hui par le groupe Barnes, malgré la toute-puissance des villes comme Londres et New York, la capitale française résiste et conserve une place de choix dans le cœur des investisseurs internationaux, notamment en raison de ses prix, moins élevés et qui ont récemment baissé : ils ont perdu en 4 ans environ 15% pour les biens d’une valeur supérieure à 1 million d’euros et jusqu’à -25% pour les biens supérieurs à 4 millions d’euros. Contrairement aux autres grandes capitales, Paris ne subit pas de variations majeures à la hausse ou à la baisse, aucun risque de bulle ne se profile, les règles qui caractérisent son marché ne sont pas spéculatives et ne dépendent ni de la Bourse, ni d’excès de construction. L’année 2015 marque la reprise du marché immobilier en nombre de ventes (+ 20% globalement). La conjoncture économique et fiscale moins floue, des conditions de taux d’intérêt faibles et des prix mesurés ont permis ce regain d’activité. Dans ce contexte, 2016 se présente au mieux et le début d’année s’annonce déjà sur une tendance toujours positive. Même si certains phénomènes politico-économiques risquent de perturber le marché s’ils devaient s’accentuer (chute des prix du pétrole entrainant la fragilisation des clients du Golfe, attentats, etc.), Paris reste l’une des régions les plus attractives au monde ; y investir dans l’immobilier demeure une valeur sûre.
Presque tous les segments de marché sont concernés par cette reprise et même les biens d’exception ont bénéficié du retour de certains étrangers (Américains, Sud-américains, ressortissants du Moyen- Orient, Pays de l’Est, Chinois…). 2015 a vu le retour d’une clientèle, de plus en plus fortunée, avec des budgets souvent supérieurs à 10 millions, voire au-delà de 20 millions d’euros. Les clients, d’origine chinoise, singapourienne, indonésienne, mais aussi malaisienne, sont de plus en plus nombreux à souhaiter réaliser des investissements immobiliers à Paris, symbole d’un art de vivre et de la qualité de la pierre. Les biens recherchés par cette clientèle sont des hôtels particuliers ou des maisons contemporaines, situés dans les 6°, 7e, 8e et 16e arrondissements et vendus dans une fourchette de prix comprise entre 8,5 et 15 millions d’euros. Seul bémol, ces biens sont rares et n’offrent pas toujours les critères de confort, de services et d’équipements auxquels est habituée la clientèle internationale haut de gamme. Paris doit aussi soigner son image du luxe et du prestige dans l’immobilier.


 Autres articles sur le même sujet :
Paris, dans le top 5 des villes les plus chères

Singapour reste la ville la plus chère du monde pour la troisième année consécutive, devant Hong Kong, Zurich, Genève et Paris, selon une récente étude de l'Economist Intelligence Unit (EIU).

Un rapport pour réformer la fiscalité foncière

Un groupe de quatre parlementaires a présenté un rapport d'information sur "la mobilisation du foncier privé en faveur du logement".

Droits de mutation en hausse à Paris

Selon le quotidien le Parisien, le débat sur l’augmentation des droits de mutation dans la capitale aura bel et bien lieu lors du prochain Conseil de Paris.

Les acquéreurs étrangers reviennent en force

Les acquisitions immobilières en France par des non-résidents retrouvent le chemin de la croissance, selon le baromètre de l'observatoire BNP Paribas International Buyers.

L’immobilier d’entreprise continue de surperformer

Les prix en immobilier d’entreprise ont augmenté de 4,1% au premier trimestre 2015 pour l’ensemble de l’Europe, d’après l’étude de DTZ « European transaction based price index Q1 2015 » récemment publiée.

12 pays pourraient sortir de la liste des paradis fiscaux

Le Forum mondial sur la transparence et l’échange de renseignements à des fins fiscales publie aujourd’hui de nouveaux rapports d’examen par les pairs portant sur 12 pays ou juridictions, se rapprochant un peu plus de son objectif de mettre en œuvre des normes mondiales de transparence et d’échange de renseignements en matière fiscale.