3 façons de supprimer l’ISF 31/10/2016  



Dans une note récente, les économistes de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), classés plutôt à gauche, ouvrent la porte à une suppression de l'ISF, à la "portée symbolique importante" mais aux "recettes faibles". Mais pas n'importe comment. Dans ce travail où ils s'interrogent sur l'imposition du capital pour les hauts revenus, les quatre auteurs concluent que la France doit choisir entre trois stratégies.

La première, qui n'a clairement pas leur faveur, consiste à supprimer purement et simplement l'ISF pour lutter contre l'exil fiscal des plus fortunés. C'est l'option défendue par les candidat Les Républicians. Mais une telle option entraînerait la France dans le jeu de la concurrence fiscale en Europe et risquerait d'aggraver les inégalités, préviennent-ils.

La seconde possibilité consiste à supprimer l'ISF tout en le compensant par ailleurs, notamment lors des successions. "Il faudrait priver les ménages riches de la possibilité d'échapper à la taxation des plus-values par la donation aux enfants (vifs ou au moment du décès). Aujourd'hui, un riche actionnaire peut loger ses titres dans une société ad hoc qui reçoit ses dividendes, utiliser les titres de cette société comme caution pour obtenir des prêts de sa banque qui lui fournit les sommes dont il a besoin pour vivre et ainsi ne pas déclarer de revenu, puis léguer les titres de cette société à ses enfants, qui ne paient pas d'impôts sur les plus-values. Les auteurs proposent également de rendre progressive la taxe foncière afin de surtaxer "les résidences au-delà d'une certaine valeur vénale", comme c'est envisagé au Royaume-Uni.

La troisième voie prévoit la baisse du taux de l'ISF de 1,5 % à 1 %. En échange, il faut s'assurer que les Français résidant à l'étranger y soient assujettis en suivant le modèle américain. L'un des auteurs, Henri Sterdyniak, propose par exemple que les Français installés à l'étranger dans les pays à bas taux d'imposition sur le revenu ou le patrimoine aient l'obligation de faire une déclaration d'imposition à la France et de payer un impôt correspondant à l'écart entre celui dû en France et celui payé à l'étranger. À condition, bien sûr, qu'ils dépassent un certain niveau de revenu/patrimoine.


 Autres articles sur le même sujet :
Le quasi-usufruit est déductible de l'assiette de l'ISF

La Cour de cassation vient de rendre un arrêt qui va à l'encontre de la position de l'administration fiscale en matière d'impôt de solidarité sur la fortune (ISF).

Coup de mou sur le marché automobile

On note un ralentissement du marché automobile en octobre.

Les riches donnent, mais de moins en moins

Selon la 3e édition du baromètre "Don ISF" de la fondation des Apprentis d'Auteuil, la proportion de contribuables assujettis à l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) qui déclare avoir effectué un don à une fondation, une association ou un organisme caritatif au cours de l'année écoulée est stable mais le don moyen a baissé.

La France sous équipée en ascenseur

En 2015, le taux d’équipement pour 100 habitants était de 0,76 en France, contre 1,57 en Italie et 2,15 en Espagne. C'est le constat de la Fédération des ascenseurs, qui interpelle les candidats à l’élection présidentielle.

Les "investissements Madelin" dans les PME passent à 30 %

Alors que le dispositif ISF-PME est supprimé, le régime Madelin permettant une réduction d'impôt sur le revenu pour les investissements dans les PME verrait son taux regonflé.

Spécial Loi de finances 2017 : une clause anti-abus pour l’ISF

Un article du projet de loi de finances pour 2017 introduit une clause anti-abus dans le dispositif de plafonnement de l'impôt de solidarité sur la fortune.