Un décret pour doper le financement participatif07/11/2016  



En premier lieu, il porte le plafond des prêts avec intérêts consentis par les prêteurs sur les plateformes des intermédiaires en financement participatif, à 2 000 euros par projet. S’agissant des prêts sans intérêts, il porte ce plafond à 5 000 euros. Par ailleurs, afin d’encourager ces modes de financement et de diversifier les offres proposées par les plateformes de financement participatif sous forme de titres (actions, obligations, titres participatifs), le décret porte le plafond des offres admises sur ces plateformes à 2,5 millions d’euros. Le texte crée également les "minibons", ce nouvel instrument de financement destiné aux petites et moyennes entreprises ayant recours au financement participatif. La réforme, qui entre en vigueur ce mois-ci répond aussi bien à l’enjeu de développement du financement participatif en créant un instrument dématérialisé adapté au modèle économique des plateformes, qu’à celui de protection des souscripteurs de minibons, en définissant des obligations d’information adaptées à la fois au profil des investisseurs et des émetteurs sur ces plateformes. L’émission de minibons sera également plafonnée à 2,5 millions d’euros sur 12 mois. En outre, l’échange de ces instruments pourra reposer sur une technologie de registre distribué ou partagé, aussi appelée "blockchain", permettant ainsi à cette technologie innovante de se développer avec une base légale dans ce secteur. Un décret viendra préciser dans quelles conditions les minibons peuvent être émis et transmis en utilisant la blockchain. Les montants levés grâce au financement participatif sont en forte croissance en France, avec une  progression de plus de 100 % pour la deuxième année consécutive. Le nouveau cadre juridique autorisant l’émission de minibons permettra d’accompagner cette tendance.
 

 


 Autres articles sur le même sujet :
Comment imputer une perte sur un prêt participatif ?

Vous avez réalisé plusieurs prêts participatifs ? Les pertes en capital sont imputables à vos autres prêts.

Un logiciel de comptabilité certifié pour les auto-entrepreneurs

Dans le cadre de la loi de finances 2016, l'utilisation d'un logiciel de comptabilité deviendra obligatoire pour certains professionnels dès janvier 2018.

Immobilier locatif : calme plat en 2016

Très peu de changements en 2016 pour les investisseurs et les propriétaires, mais des prolongements de dispositifs intéressants.

"Minibons" : que faire en cas de non-remboursement ?

Les "minibons" sont une nouvelle catégorie de bons de caisse qui peuvent être souscrits sur les plates-formes de financement participatif.

Les nouveaux seuils de l'usure

Sur la base des taux effectifs moyens pratiqués au 3e trimestre 2016 par les établissements de crédit, les seuils de l'usure applicables à compter du 1er octobre 2016 s'établissent ainsi pour les prêts consentis aux particuliers.

Un caisse sécurisée pour les commerçants

La date limite est fixée au 1er janvier 2018. A cette échéance, tous les commerçants et professionnels assujettis à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) auront l'obligation d'utiliser un système de caisse ou un logiciel de comptabilité sécurisé. Cette mesure, inscrite dans la loi de finances pour 2016, intervient dans le cadre de la lutte contre la fraude, notamment à la TVA.