Complémentaire santé des salariés, les entreprises jouent le jeu13/03/2017  



Un an après la mise en place obligatoire d'une couverture santé au bénéfice des salariés, une étude réalisée par la société Audirep pour le compte de la Fédération française de l'assurance montre que la majorité des entreprises vont plus loin que le minimum légal imposé par la loi. Ainsi, la prise en charge par l'employeur du financement de la couverture, qui doit être au minimum de 50 %, atteint 57 % en moyenne dans les PME, entreprises de taille intermédiaires et grandes entreprises, et 59 % dans les très petites entreprises. En outre, plus de la moitié des entreprises sondées ont choisi un niveau de garanties supérieur au niveau de garanties minimal ou à celui négocié par les branches professionnelles. Enfin, plus de la moitié également proposent la possibilité de couvrir les ayants droit des salariés. En grande majorité, les entreprises sont concernées par des accords de branche. "Les recommandations sont plutôt suivies par les entreprises (66 % des TPE concernés, 55 % des PME/ETI/GE), même si plus leur taille augmente, plus la mise en concurrence est forte", indique la FFA.


 Autres articles sur le même sujet :
Mutuelle d'entreprise obligatoire : quid des anciens salariés ?

Le 1er juillet prochain, l’encadrement progressif des tarifs des contrats d'assurance complémentaire santé entrera en vigueur pour les anciens salariés qui souhaitent conserver leur mutuelle d'entreprise.

Tiers payant invalidé

Invalidation par le Conseil Constitutionnel de l'instauration du tiers payant obligatoire (d'ici 2017) auprès des organismes complémentaires de santé (mutuelles, institution de prévoyance, assurances).

Prévoyance : les entreprises restent libres

Le choix d'une prévoyance complémentaire collective reste libre pour les entreprises.

Les retraités s’inquiètent pour la santé

Les dépenses de santé sont la préoccupation majeure des candidats à la retraite.

Le RSI évolue, enfin !

Il y a du nouveau pour le régime social des indépendants (RSI), concernant les délais de carence en cas de maladie et de grossesse.

Actionnariat salarié : qui est gagnant ?

Dans la nouvelle édition de son étude, Eres mesure, pour la deuxième année consécutive, la performance sur 5 ans des opérations d’actionnariat salarié initiées par les entreprises du SBF120.