Retard d’avion : comment calculer la compensation ?12/09/2017  



En cas de retard d'un avion, l'indemnisation due aux passagers est déterminée en fonction de la distance directe entre l'aéroport de départ et celui d'arrivée, sans tenir compte d'une éventuelle correspondance, selon la Cour de justice de l'Union européenne.

Ainsi, lorsqu’un vol aérien a un retard de trois heures ou plus, les passagers ont droit à une compensation de 250 € pour les vols de 1 500 kilomètres ou moins et de 400 € pour les vols de plus de 1 500 kilomètres reliant deux Etats membres (Règl. CE 261/2004 du 11-2-2004 art. 7). Comment calculer cette distance en cas de vol avec correspondance ? Faut-il retenir la distance entre l’aéroport de départ et celui d’arrivée ou celle effectivement parcourue, souvent plus longue ?

La Cour de justice de l’Union européenne juge que seule la distance à vol d’oiseau qu’un vol direct parcourrait entre les aéroports de départ et d’arrivée doit être considérée. Le fait que la distance effectivement parcourue soit, en raison de la correspondance, supérieure à la distance à vol d’oiseau est sans incidence sur le calcul de la compensation.


 Autres articles sur le même sujet :
Pas de collecte d'ordures, pas de taxes

La redevance n’est pas due dès lors que le service d’enlèvement des ordures ménagères n’est pas assuré.

62% des Français tentés par des investissements « non traditionnels »

Selon une enquête réalisée par l'institut CSA pour le compte de l'Autorité des marchés financiers, 62 % des Français ont entendu parler des offres de placement non traditionnel.

La SNCF durcit ses conditions

À partir du mois d'avril, il faudra débourser de cinq à quinze euros pour un échange effectué plusieurs semaines avant le départ ou son jour même.

Monétisation du CET : les règles sont précisées

La Cour de cassation précise le mode de calcul à effectuer en cas de monétisation des jours épargnés sur un compte épargne-temps (CET)

Indivision, qui paye les taxes ?

La Cour de cassation vient de confirmer que la taxe foncière due pour un immeuble indivis est une charge de l'indivision.

Une taxe de 0,32 % sur les contrats "euro-croissance" et "vie génération"

La loi a institué une taxe au taux de 0,32 % due par les entreprises d'assurance, les mutuelles et les institutions de prévoyance, et assise sur les sommes réaffectées lors de la transformation des contrats.