Actionnariat salarié : qui est gagnant ?13/11/2017  



Les salariés ayant souscrit à une opération d’actionnariat salarié (augmentation de capital réservée ou cession d’actions), réalisée par les entreprises du SBF120 entre 2006 et 2011, ont été gagnants dans 78% des cas avec le dividende et la décote (sans tenir compte de l’abondement) alors qu’un actionnaire normal aurait été gagnant dans 68% des cas seulement.

Avec un taux d’abondement de 100%, les salariés auraient été gagnants dans 95% des cas au bout de 5 ans. Abondement et décote permettent de limiter sensiblement le risque pris par les salariés. Ces résultats sont conservateurs dans la mesure où ils partent du principe que le salarié cède ses actions au bout de 5 ans alors que rien ne l’y oblige.

 


 Autres articles sur le même sujet :
Les versements augmentent dans les dispositifs d'épargne salariale

Plus de 10 millions de salariés sont concernés par l'épargne d'entreprise. Selon l'Association française de la gestion financière (AFG), au 30 juin 2016, les versements nets ont doublé en un an sur les dispositifs d'épargne salariale pour atteindre 3 milliards d'euros.

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l’investissement locatif en 2016 ?

Le Crédit Foncier publie pour la 4ème année consécutive une étude consacrée aux attentes et motivations des particuliers investisseurs locatifs.

Epargne salariale, rien ne bouge !

Le gouvernement ne compte pas modifier la fiscalité de l'épargne salariale, a annoncé lundi le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire.

Il manque 2 000 milliards pour couvrir les retraites en Europe

Le groupe d’assurance Aviva vient de publier la seconde édition de son étude consacrée au déficit des retraites en Europe. En France, il est plutôt stable : 7 300 € par an pour chaque français.

Complémentaire santé des salariés, les entreprises jouent le jeu

Un an après la mise en place obligatoire d'une couverture santé au bénéfice des salariés, une étude montre que la majorité des entreprises vont plus loin que le minimum légal.

Paris, dans le top 5 des villes les plus chères

Singapour reste la ville la plus chère du monde pour la troisième année consécutive, devant Hong Kong, Zurich, Genève et Paris, selon une récente étude de l'Economist Intelligence Unit (EIU).