Les paradis fiscaux made in france12/03/2018  



S’appuyant sur les récentes démarches initiées au niveau européen et international, la proposition de loi prévoit la refonte des critères définissant la notion d’Etat ou territoire non coopératif (ETNC). Les commissions permanentes, compétentes en matière de finances et d’affaires étrangères de l’Assemblée nationale et du Sénat, seraient chargées d'élaborer chaque année la liste des ETNC, en présence du ministre des finances. Il est également prévu d’interdire aux établissements de crédit, dont le siège est situé en France, d’exercer leurs activités dans les paradis fiscaux. La Commission européenne estime à plus de 1 000 milliards d’euros la perte annuelle de recettes fiscales pour les États de l’Union européenne, du fait de la fraude et de l’évasion fiscales des particuliers et des entreprises. Pour la France, cette perte se situerait au minimum entre 60 et 80 milliards d’euros, soit l’équivalent du déficit budgétaire annuel ou du produit annuel de l’impôt sur le revenu.


 Autres articles sur le même sujet :
Prolongation des avantages Malraux

L'avantage fiscal expire normalement au 31 décembre 2015. Les députés, qui examinent en ce moment le projet de loi de finances pour 2016, l'ont prorogé jusqu'au 31 décembre 2017.

Réforme de l'impôt sur les sociétés dans l'Union Européenne

La Commission européenne a annoncé aujourd'hui des projets visant à réformer la façon dont les sociétés sont imposées au sein du marché unique pour parvenir à un système d'imposition des sociétés propice à la croissance et équitable.

Réduction d’impôt pour les associations de gestion agrées

Les députés rétablissent les avantages fiscaux des organismes de gestion agréés.

Paris continue de séduire !

Selon une étude de marché publiée aujourd’hui par le groupe Barnes, la capitale française résiste et conserve une place de choix dans le cœur des investisseurs internationaux.

Une nouvelle taxe sur les dividendes

Le gouvernement va proposer d'ici à la fin de l'année un dispositif fiscal destiné à remplacer la taxe à 3% sur les dividendes, qui a rapporté près de 2,15 milliards d'euros en 2015, mais a été retoquée vendredi par le Conseil constitutionnel.

Déduction fiscale des indemnités de licenciement censurée

L’article 65 de la loi relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels prévoyait, pour les entreprises de moins de 50 salariés la possibilité de déduire de leur résultat fiscal une épargne de précaution constituée pour faire face au paiement d’indemnités de licenciement sans cause réelle et sérieuse.