50 taxes de plus en 5 ans13/01/2015  



La palme revient à l'année 2012, avec 15 taxes créées, mais le rythme est resté très élevé en 2013 (12), avant de connaître une accalmie en 2014 (3). Dans ce domaine, la France est championne: aucun de ses voisins européens n'a lancé plus de 3 taxes sur la période.
Et ce n'est pas fini, puisque 7 taxes vont voir le jour cette année, comme la taxe annuelle sur les parkings en Ile-de-France. Soit un total de 51 nouveaux prélèvements en six ans! Avec les augmentations de taxes existantes, il est donc cohérent que la France se situe en 2013 à la deuxième place de l'OCDE, derrière le Danemark, pour le niveau de pression fiscale. Son taux de prélèvements obligatoires s'élevait ainsi alors à 45% du PIB, soit un bond de 2,1 points par rapport à 2011. Parallèlement, 9 taxes seulement ont été supprimées en cinq ans. Et à peine 7 disparaîtront cette année, pour quelques millions, alors que l'exécutif avait promis un vrai toilettage des petites taxes à faible rendement.


 Autres articles sur le même sujet :
Zone Euro vs. Etats-Unis

Si les inquiétudes concernant la zone euro persistent, non seulement en Grèce mais aussi au Portugal, les nouvelles en provenance des Etats-Unis sont plus encourageantes. La Fed conserve sa politique accommodante pour soutenir la croissance et Apple publie des chiffres trimestriels exceptionnels. Retrouvez les commentaires des journalistes Philippe Tixier et Isaure du Fretay

La structure du patrimoine financier des ménages français évolue peu

La structure du patrimoine financier des ménages français évolue peu depuis 2011 ; à fin juin 2013, les placements des ménages sont composés majoritairement de dépôts bancaires, à hauteur de 27 %, et d’assurance vie pour 35 %. Toutefois, une nette progression de la part de l’épargne bancaire réglementée est observée (de 8,7 % des encours fin 2010 à 11,0 % fin juin 2013) dans un contexte de diminution des flux de placements financiers des ménages.

Débat d'experts : que nous réservent les prochains mois ?

Dans notre Débat d'experts, Philippe Waechter et Thomas Louis, économiste et gérant, s'accordent sur le fait que nous sommes à un moment charnière, tant sur le plan économique que financier. Non seulement les relais de croissance habituels ne fonctionnent plus mais les zones géographiques divergent totalement les unes des autres, ce qui n'était pas le cas auparavant. Cette nouvelle configuration rend bien entendu la gestion d'actifs plus délicate. Nos invités expliquent comment aborder cette nouvelle époque.

Le nouveau Sénat frappe fort

Pour son premier vote d'importance, le Sénat, désormais acquis à la droite, a voulu frapper un grand coup. Le vote du budget de la Sécurité sociale dans la nuit de vendredi à samedi constituait une occasion rêvée de faire entendre leurs revendications, à coups d'amendements.

Les Français aiment l’or

L’or se place à la 6e place des placements préférés des Français.

Pression accrue sur les banques européennes

En ce début d'année, le moral des investisseurs reste en berne, en particulier dans la zone euro. Son unité est une fois de plus remise en question : les blocages qui demeurent en Grèce pourraient pousser le pays à se déclarer en faillite. Les valeurs bancaires sont parmi les premières pénalisées par ces annonces, sans compter que leurs besoins en capitaux sont encore extrêmement importants en 2012, que ce soit en Espagne, en Italie, ou même en Allemagne.