Successions internationales plus simples24/08/2015  



La nouvelle législation (règlement UE n° 650/2012 du Parlement européen et du Conseil du 4 juillet 2012) simplifie considérablement la liquidation des successions internationales, grâce à la définition d'un critère unique, à savoir le lieu de résidence habituelle du défunt, pour déterminer à la fois la compétence et le droit applicable à une succession transfrontière. Elle permet également aux citoyens d'organiser à l'avance leur succession en s’appuyant sur une sécurité juridique totale.
Elle donne aussi naissance au certificat successoral européen, qui permettra aux intéressés de faire valoir sans autres formalités leur statut d’héritier ou d’administrateur de succession partout dans l’Union. Cette évolution constituera un progrès considérable au regard de la situation actuelle où il est parfois extrêmement difficile d'exercer ses droits, avec à la clé des procédures plus rapides et moins onéreuses, permettant de gagner du temps et de dépenser moins.


 Autres articles sur le même sujet :
Tout savoir sur les successions et libéralités

Un ouvrage présente, thème par thème, l’ensemble des règles juridiques et fiscales applicables. Indispensable pour préparer sa succession.

Successions internationales et protection du conjoint : que change le nouveau règlement européen ?

Nouveau règlement européen sur les successions internationales : quels réflexes adopter pour protéger son conjoint et ses héritiers ? Tribune de Marion Chapel-Massot, Responsable Gestion Privée chez Equance.

Les taxes foncières dans votre région

L’administration fiscale publie les taux des droits d’enregistrement et de taxe de publicité foncière applicables dans chaque département.

Succession : Peut-on revenir sur une acception ?

Celui qui a accepté une succession sous bénéfice d'inventaire ne peut plus renoncer à la succession.

Comment bénéficier du régime des sociétés mères ?

L'une des conditions, pour bénéficier du régime des sociétés mères (CGI art. 145 et 216), est de détenir au moins 5 % des titres représentant le capital social de la société émettrice.

L’érosion fiscale dans le collimateur des Etats

L’OCDE a présenté les avancées du projet mené conjointement par l’OCDE et le G20 pour lutter contre les pratiques d’érosion de la base d’imposition et de transfert de bénéfices (BEPS) de la part des entreprises multinationales lors de la réunion des ministres des Finances du G20, qui se tiendra les 9 et 10 février à Istanbul, en Turquie.