La défiscalisation au cœur du projet de reconstruction de Notre-Dame21/04/2019  



"Les 600 millions de dons annoncés vont se traduire par plusieurs centaines de millions d’euros de réductions d’impôts à prélever sur les contribuables lambda", s'alarme Joël Giraud, député des Hautes-Alpes. Car, ces dons sont déductibles d'impôts. Les entreprises peuvent, en effet, défiscaliser 60 % de leurs dépenses en mécénat dans une limite de 0,5 % de leur chiffre d’affaires. Les particuliers bénéficient, eux, actuellement d’une réduction d’impôt égale à 66 % du montant du don, dans la limite de 20 % de leur revenu imposable.
Le même Joël Giraud demande donc de "contrecarrer les volontés émises de voir cette réduction d'impôts portée à 90 % pour Notre-Dame de Paris. C’est l’ancien ministre de la Culture et auteur de la loi sur le mécénat de 2003, Jean-Jacques Aillagon qui le premier a suggéré, que « l’État vote rapidement une loi pour faire de Notre-Dame de Paris un trésor national, afin que les dons versés pour sa reconstruction bénéficient d’une réduction d’impôt de 90 % » plafonnée à 50 % du montant de l’impôt dû par l’entreprise.
Cette « formule exceptionnelle » permettrait une défiscalisation des dons versés pour la reconstruction de la cathédrale à hauteur de 90 %, plafonnée à 50 % du montant de l’impôt dû par l’entreprise.
Les trésors nationaux ne concernent que des biens culturels – et non pas immobiliers – ayant fait l’objet d’un refus d‘exportation ou encore présentant un intérêt majeur pour le patrimoine national au point de vue de l’histoire, de l’art ou de l’archéologie.
Cette niche fiscale sur le mécénat d’entreprise est régulièrement décriée, notamment dans un rapport récent publié à l’automne par la Cour des comptes. Elle avait appelé à « mieux encadrer » le mécénat d’entreprise, multiplié par dix en quinze ans.
Alors que le Président devait annoncer lundi soir, un coup de rabot sur les niches fiscales, la situation est donc des plus cocasse. Mercredi, à l'issue du conseil des ministres consacré pleinement au plan de reconstruction de la cathédrale Notre-Dame, Édouard Philippe a détaillé un projet de loi prévoyant de donner un cadre légal à la souscription nationale annoncée par Emmanuel Macron. Sur le plan fiscal, les dons des particuliers bénéficieront d'une réduction majorée d'impôt sur le revenu, au taux de 75 % jusqu'à 1 000 €. Au-delà de ce montant, le taux de droit commun actuel de 66 % sera appliqué. Précisons que la réduction d'impôt est plafonnée à 20 % du revenu imposable du donateur.


 Autres articles sur le même sujet :
Trois ans de plus pour défiscaliser avec les SOFICA

La réduction d'impôt sur le revenu accordée au titre de la souscription de parts de sociétés de financement de l'industrie cinématographique (SOFICA) est prolongée de trois ans.

Travaux et CITE, mode d’emploi

L'administration fiscale apporte des précisions sur le crédit d'impôt pour la transition énergétique en vigueur jusqu'au 31 décembre 2017.

Prolongation des avantages Malraux

L'avantage fiscal expire normalement au 31 décembre 2015. Les députés, qui examinent en ce moment le projet de loi de finances pour 2016, l'ont prorogé jusqu'au 31 décembre 2017.

Logement locatif : Attention à ne pas devenir un « Pro »

L'acquisition de plusieurs logements locatifs fait perdre la qualité de "consommateur" dans les relations avec la banque, d'après la Cour de cassation.

Les conditions d’imputation du déficit foncier

L'imputation sur le revenu global des déficits fonciers n'est possible que si le bien continue d'être loué pendant 3 ans après ladite imputation.

Le moral des chefs d’entreprise est stable

Les chefs d'entreprise de l'industrie prévoient une stabilité de l'investissement en 2018 après une hausse de 4 % en 2017Enquête sur les investissements dans l'industrie.